Bates Motel

29 juin 2007

One man Army and the undead quartet - 21st Century Killing Machine

Genre: Thrash/Death à penchants mélodique.
Année: 2006

Line-up:

- Johan Lindstrand (chant)
- Pekka Kiviaho (guitare)
- Mikael Lagerblad (guitare)
- Valle Adzic (basse)
- Marek Dobrowolski (batterie)

Track-list de la galette:

1. Killing Machine
2
. Devil On The Red Carpet
3
. Public Enemy No 1
4
. No Apparent Motive
5
. Hell Is For Heroes
6
. When Hatred Comes To Life
7
. So Grim So True So Real
8
. Behind The Church
9
. Branded By Iron
10
. Bulldozer Frenzy

One man Army and the undead quartet:

2004... Le groupe The Crown, mené par Johan Lindstrand, disparaît de la scène Death laissant derrière eux de nombreux fanatiques.
Seulement quelques mois et le guttural Johan monte déjà un nouveau groupe avec l´un de ces amis Valle Adzic (bassiste d'Impius). 2005, les gros de chez Nuclear Blast foutent, par hasard, le grappin sur une démo ("When Hatred Comes To Life") dont le nom One man Army and the undead quartet figure sur la cover, un nom qui sera, plus tard, sûrement renommé en One Man Army. Résultat, un an après cette découverte, le combo sort son premier album. Un plat bourré de riffs Thrashiens sur vitaminés accompagné d´une sauce piquante à la Death... De quoi bien retourné l´estomac!
Avec ce «21st Century Killing Machine», le split suédois est destiné à un avenir des plus prometteur dans le milieu du Heavy.


One man Army and the undead quartet - 21st Century Killing Machine:

Comme dit précédemment ce premier opus a une sonorité Thrash/Death. Tout naturellement cette première cuvée enchantera, avec certitude, les petits métalleux assoiffés du genre.
Première écoute et, aussi vite qu´un morceau de soli joué par Herman Li, les plus grands du Death et Thrash viennent tout de suite à l´esprit. Dark Tranquillity, Arch Enemy, Testament, Nevermore ou encore les vikings d'Amon Amarth... Tant de bons groupes qui ont bercés le foetus de l´affreux nourrisson engendré par Lindstrand et Adzic. Le moutar à peine né et déjà ce petit con fait vibrer les murs... Riffs lourd et costaud, batterie endiablée, Chant à la fois puissant, guttural et clair,... et solis à couper le souffle. Parfois allié à une rythmique typique death hallucinante (« Killing Machine »), ou encore joué comme un solo digne d´un excellent band de Speed Mélodique (« No Apparent Motive »), les parties à la guitare sont plus qu´incroyable. Rapide, bourrain (« So Grim So True So Real »)   ou même technique (« Bulldozer Frenzy »), tout le monde y trouvera son compte sans problème...

Malheureusement, outre passé un instrumental parfait et un chant particulièrement maîtrisé et soigné, certaines choses sont foireuse. One man Army and the undead quartet souffre de deux problèmes majeurs (bien qu´ils ne nuisent pas à cette jouissance qu´est cet album). Premier défaut, chaque morceau ce ressemble légèrement (assez pour que sa se remarque), seul « Branded  by Iron » sort du lot avec son choeur lors des refrains et ses changements de rythmes. Et pour cause que les chansons se ressemblent puisqu´elles sont toute basées sur la même structure (instru+chant ; solo ; instru+chant). En fin de compte, encore une fois, devant une telle furie sonore on ne peut que oublier ces défauts et profiter du spectacle.


Si les cinq Suédois continuent à accoucher des monstres de la même trempe que ce « 21st Century Killing Machine », ils n´auront aucun mal dans un futur proche à gravir les échelons et à se placer aux cotés d´énorme groupe comme ceux cités plus haut. En clair One man Army and the undead quartet est un split à surveiller de près...De très près!

"Sourit glandu t'es pris en photo":