29 juin 2007

Naked Blood de Hisayasu Sato

Titre VO: Megyaku: Akuma no yorokobi

Genre: Mutilation/gore/culinaire

Année: 1995

Durée: 75min

Réalisation: Sato Hisayasu

Acteurs/Actrices:

AIKA Misa
HAYASHI Yumika
KIRIHARA Mika
ABE Sadao




Malgré une histoire foutrement interressante, Naked Blood est très loin d'être le film extrême que j'attendais. Inutile de le nier, le long métrage offre son lot de spécialités culinaires gorisime qui feront plaisir aux fans du genre... Très inventif au niveau du scénario, le père Sato nous invite avec haleine de suivre les aventures de ce jeune nippon. Eiji, 17 ans, Célibataire et génie à ces heures perdues,qui d'inventer un sérum révolutionnaire (Rien que ça!).



En quête de cobayes fraichement vivants, le p'tit génie jette son dévolu sur 3 jeunes filles qui sont sur le point d'expérimentées un nouveau contraceptif. Ainsi, à leur insus, il injecte la substance dans les 3 femmes. Ce n'est qu'au bout d'environ 30 min que les premières scènes gore viennent se pointées. Après injection le sérum pousse ses victimes à s'auto-mutiler tout en prenant un malin plaisir orgasmique à continuer. Le tout commence par une simple coupure au doigt pour, ensuite, finir dans un bain de sang et de chaires dont les vagues rouges sont provoquées par les cris de jouissance des 3 jeunes filles.

Tout en mettant, petit à petit, en place une ambiance particulièrement malsaine, Hisayasu Sato filme avec précision le gonglement que font 2 des 3 cobayes (la 3ème étant la seul à ne pas, en quelque sorte, tomber dans cette spiral infernal qui melle douleur et plaisir) entre le 7ème ciel et les enfers. On peut donc voir leurs évolutions à travers quelques scènes bien gore. N'importe quel objet piquant ou tranchant fera l'affaire pour se faire plaisir: Epingles à nourrisse, pique à glace, couteau, fourchette,... Le choix des armes est énorme.


Vous l'aurez surement compris, le sadomasochisme est roi et maître des lieux. Mais il n'est pas le seul à être sur le trone du royaume de Naked Blood. Le cannibalisme est lui aussi à la tête de l'empire. Parmis les scènes hallucinantes, on retiendra celle de la demoiselle qui s'auto-déguste. Le comble étant que celle-ci adore en temps normal faire de la cuisine. En apérot nous avons le droit à une main frie dans l'huile bouillante. En guise de plat de résistant, nous vous offrons un clitorisse fraichement coupé avec un couteau à dents. Puis, pour finir, en dessert, nous auront le droit à la spécialité du chef : Un oeil au coulis de framboises mariné dans du rhum blanc.

Naked Blood à de quoi de mettre l'eau à la bouche (sans vouloir imposer de blagues foireuses...). De bons FX dignent de ceux de la série des Guinea Pig et un scénario original et convainquant pour rester devant son poste... Seulement, Naked Blood a un gros handicap. Il manque cruellement de rythme ce qui a pour effet de rendre le film long... très long...


Posté par Makabe à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Naked Blood de Hisayasu Sato

Nouveau commentaire